Accueil > Multimedia > Interviews > Vieira : « Je ne pouvais pas dire non à Nice ! »


Interviews :

Vieira : « Je ne pouvais pas dire non à Nice ! »
Ogcnissa.com, le 11/06/2018 à 17h48

C’est un Patrick Vieira « comblé et heureux d’être là » qui s’est présenté devant la presse ce lundi après-midi après l’officialisation de sa venue comme entraîneur de l’OGC Nice. Il arrive avec la mission de poursuivre le développement du club et lui faire franchir une nouvelle étape.

En préambule de la conférence de presse du jour sur la présentation de Patrick Vieira comme nouveau coach de l'OGC Nice, le président Rivère a annoncé que c'était un grand plaisir à l'OGC Nice d'accueillir son nouveau coach, Patrick Vieira. Avant les questions au nouveau coach, le président du Gym s'est exprimé : « Ce qui est très important pour nous avec Julien Fournier, c'est d'avoir un vrai projet. On a eu la chance d'avoir Claude Puel, avec qui nous avons lancé notre projet. Lucien Favre, qu'on remercie également pour sa présence avec nous. Et nous voulions continuer à progresser, avec le beau jeu, les jeunes... et on a eu la chance de croiser Patrick Vieira. Patrick Vieira, ce n’est pas un pari. Il est là pour 3 ans, peut-être beaucoup plus, on l’espère. L’objectif, c’est que le club continue à grandir et à progresser, après 2 entraîneurs précédents d’une grande qualité. Patrick Vieira est un homme avec des qualités qui nous ont très vite séduit. Je pense que son arrivée permettra au club d'encore grandir et de franchir une nouvelle étape. Nous sommes donc heureux de pouvoir nous présenter notre nouveau coach. »


- Patrick, comment se sont noués les contacts avec l'OGC Nice ? Pourquoi avoir choisi le projet niçois ?

On s'est rencontré il y a quelques semaines maintenant. Et franchement, j'ai été séduit par le projet. Mais surtout, séduit par les hommes pour mener ce projet à bien. J'ai passé beaucoup de temps avec Julien (Fournier), on a beaucoup échangé. On a discuté avec le président pour voir comment encore franchir une étape avec le club. Et quand je regarde l'effectif qu'il y a au jour d'aujourd'hui, ça me donne vraiment très envie. C'est très encourageant, je pense qu'il y a tout ce qu'il faut ici pour réussir et mener ce projet à bien.

- Qu'est-ce qu'un joueur expérimenté comme vous peut apporter à cette équipe niçoise assez jeune ?

Ma carrière de joueur ne compte plus, ça fait parti de mon passé. Bien sûr, j'ai eu une expérience en tant que joueur, je sais les sacrifices qu'il faut faire pour réussir. J'espère pouvoir aider les jeunes joueurs à pouvoir exprimer leur talent. Je pourrais les guider, mais ce qui est vraiment important pour moi c'est d'avoir une idée assez claire de ce que je veux des joueurs. Essayer de leur donner un schéma de jeu bien précis pour les aider à s'exprimer. Car je sais que le talent est là.

- Est-ce que ça a été difficile de quitter le club de New York, et le Manchester City group ? Ont-ils essayé de vous retenir ?

Oui, c'est dur, quand on passe 8 ans dans le groupe de City, où j'ai eu la chance de finir ma carrière. J'ai eu ensuite un rôle d'ambassadeur, j'ai entraîné la deuxième équipe de Manchester City, puis je suis devenu entraîneur de New York. C'est difficile. C'était pas évident de partir, mais après je pense qu'il y a des projets qui ne se refusent pas. Et je ne pouvais pas dire non à ce projet là, car tout est vraiment réuni ici pour que je puisse bien travailler. Après, les gens de Manchester, ils comprennent. C'est le foot. Ils savent l'ambition que j'ai aussi. Et je voudrais les remercier car ce n'est pas facile de laisser partir un entraîneur en milieu de saison.

« J’ai eu Balotelli au téléphone pour lui souhaiter de bonnes vacances et lui donner rendez-vous le 2 juillet à la reprise »


- On a lu ici ou là que vous auriez eu Mario Balotelli au téléphone. Il est encore sous contrat à l'OGC Nice. Est-ce vrai ? Souhaiteriez-vous le conserver ?

Je l'ai eu au téléphone pour lui souhaiter de bonnes vacances (sourire). Et qu'on allait se voir le 2 juillet pour la reprise de l'entraînement (sourire). Après, je viens juste d'arriver. Avec le président et Julien, on a beaucoup de dossiers à traiter. Chaque chose en son temps.

- Quels seraient les secteurs à améliorer pendant ce mercato ?

Je pense qu'il est encore trop tôt pour pouvoir répondre en détail à cette question. On va se pencher sur certains dossiers cette semaine. Pour moi en tant qu'entraîneur, ce qui compte c'est de savoir que la base de l'effectif ne changera pas beaucoup. Nice a fait une bonne saison l'année dernière, on va essayer de l'améliorer et on va se donner les moyens de le faire. Quand on regarde ce qu'à fait le club ces 3 ou 4 dernières années, il a toujours fait en sorte d'avoir des joueurs pour porter le club vers l'avant, et je suis sûr que cette année ne sera pas différente. Il y a un groupe qui travaille très bien, et il y aura un effectif qui sera amélioré.

- Est-ce que le fait d'avoir été un grand joueur, ça aide à devenir un grand coach ?

On va dire que ça aide pendant les 3 premiers mois. Ensuite, ce qui est important, c'est d'être clair dans les messages qu'on envoie aux joueurs, dans la philosophie qu'on a envie de pratiquer, dans le schéma tactique qu'on veut aborder. Il faudra que je gagne la confiance des joueurs par rapport à ce que je leur demande sur le terrain.

- Vous allez retrouver la Ligue 1, qui a beaucoup évolué depuis que vous l'avez quitté.

Je suis très content de revenir en France. Je l'ai quitté à 19 ou 20 ans, et malgré cela j'ai toujours suivi la Ligue 1 et son évolution. La Ligue 1 s'est améliorée, avec les grands joueurs étrangers qui y viennent maintenant, mais aussi par la qualité des joueurs qui sortent des centres de formation. J'ai vraiment hâte de débuter la nouvelle saison, car la Ligue 1 est une compétition de plus en plus difficile. Mais retrouver la Ligue 1, c'était un objectif aussi. Je voulais vraiment revenir. Mais revenir dans de très bonnes conditions, et comme je l'ai expliqué tout à l'heure, les conditions sont vraiment réunies ici pour que je puisse faire du bon travail.

« Je suis là pour être dans la continuité de ce qui a été fait ces dernières années. »


- Il est beaucoup question de beau jeu ici à Nice. Quelles est votre conception du football ?

La barre est assez haute ici. Sur les dernières années, Nice joue très bien au ballon. Ce qui est important pour moi, c'est de garder cette philosophie. C'est à dire de créer du jeu. Un jeu qui va vers l'avant et où les joueurs expriment leur talent. Je suis là pour être dans la continuité de ce qui a été fait ces dernières années.

- Avez-vous des garanties sur le mercato ?

Non, il n'y a pas de garanties. Je sais juste qu'on va tous travailler dans la même direction. On a échangé avec Julien Fournier et son équipe sur les postes qu'il faudrait améliorer. Mais je suis content de l'effectif. Il ne devrait pas y avoir beaucoup de changement, et ça c'est quelque chose d'important.

- Il y a aussi un staff à construire. Est-ce que vous êtes venu seul ? Que va t-il se passer pour le staff qui était en place ? Il y a une tradition à Nice d'avoir des niçois, des gens qui connaissent ce club.

Je suis accompagné, mais cette tradition ne va pas changer. C'est important d'avoir des anciens du club qui fassent parti du staff. Déjà, ça va me permettre de gagner quelques mois, et ces personnes là sont très importantes. Elles font parties de l’esprit du club. Lionel (Letizi) que j'ai connu en équipe de France, Fred (Gioria) qui est très important pour le club et qui le sera aussi pour moi. Ils connaissent bien la Ligue 1, les joueurs et le club. Ils vont énormément m'apporter.

- Qui sont les personnes qui viennent avec vous ?

Il s'agit de 3 personnes. Il y a un préparateur physique. Il y a un entraîneur adjoint qui arrive et qui sera avec Fred. Et il y aura un coach qui travaillera un peu plus en individuel avec les joueurs.

- Quel style de coach êtes-vous ?

Sur les 3 ou 4 dernières années, j'ai appris à me connaître. J'ai ma personnalité. J'ai beaucoup appris avec mes anciens entraîneurs. L'important, c'est d'être moi même, avec mes défauts et mes qualités.

« Ce qui me plait, c’est la relation qui existe entre joueurs et supporters. Malheureusement c'est de plus en plus rare dans le foot, mais à Nice ça existe encore. »


- Vous revenez sur la côte d'azur, vous venez de Cannes où vous avez été formé. Vous allez retrouver du monde, ça vous fait plaisir ?

Oui, c'est toujours agréable de revenir dans une région qu'on connait bien. Mais Cannes s'était à l'époque... Aujourd'hui c'est Nice. Je vais vivre à Nice, je vais habiter à Nice. C'est quelque chose d'important pour moi.

- Il y a une certaine ferveur à Nice, avec les groupes de supporters. Quel est votre regard là dessus ?

C'est la passion ici. J’ai regardé les derniers matchs du Gym à la maison : la passion et la ferveur sont là. Ce qui me plait, c’est la relation qui existe entre joueurs et supporters. Malheureusement c'est de plus en plus rare dans le foot, mais à Nice ça existe encore et c'est ce qu'il faut garder. C'est important de sentir cette pression positive. Ça permet aux joueurs de s'améliorer et de donner le maximum.

- Vous avez visité les structures du club, qu'est ce que vous en pensez ?

J'irais au stade mercredi. Mais ici, au centre d'entraînement, il y a vraiment tout ce qu'il faut pour préparer les joueurs et pour vraiment bien travailler. On est dans des conditions extraordinaires pour pouvoir s'améliorer et bien travailler. Je ne peux pas demander plus.

- Votre avis sur la première recrue du club, Danilo ?

Danilo, c'est un très bon joueur. C'est un joueur qui est capable de faire le "box to box" comme on dit. C'est quelqu'un qui a des facilités à éliminer, qui est capable de marquer. Mais il peut faire aussi du bien dans la construction. Il peut jouer entre les lignes, dribbler... c'est un joueur complet. Il est encore jeune. Il y a des choses à améliorer dans son jeu, mais il sera dans de bonnes conditions ici pour le faire.

- On a l’impression dans votre discours que vous êtes comblé…

Je suis comblé, heureux. C’est vraiment quelque chose que je recherchais : je vais travailler dans de bonnes conditions avec des gens passionnés, qui vont me soutenir dans les bons comme les mauvais moments. Je suis très content d’être là.

- Claude Puel allait souvent voir les jeunes du club jouer, au contraire du technicien suisse. C’est aussi votre volonté ?

Bien sûr, ça fait parti du projet. D'aller voir les jeunes, la deuxième équipe. D'intégrer des jeunes à l’entraînement avec l’équipe première, leur donner leur chance. Il y aura un travail qui sera fait des plus jeunes jusqu'à l’équipe première. C’est important. C’est l’image du club et ça en fait parti.






- Retour -






9e journee de Ligue 1
ven. 05/10/2018 à 20h45


Toulouse - Nice : 1-1

Résumé » Photos » Vidéo »



  10e journee de Ligue 1
dim. 21/10/2018 à 21h



Pts J V N D Diff
 10.    Angers 11 9 3 2 4 -1
 11.    Rennes 11 9 3 2 4 -2
 12.    Nice 11 9 3 2 4 -6
 13.    Amiens 10 9 3 1 5 -2
 14.    Nimes 10 9 2 4 3 -3



   6e  sam. 22/09 (20h) Montpellier - Nice : 1 - 0
   7e  mar. 25/09 (19h) Nantes - Nice : 1 - 2
   8e  sam. 29/09 (17h15) Nice - PSG : 0 - 3
   9e  ven. 05/10 (20h45) Toulouse - Nice : 1 - 1
   10e  dim. 21/10 (21h) Nice - Marseille
   11e  dim. 28/10 (17h) Bordeaux - Nice
  mer. 31/10 (18h45) Nice - Auxerre