124 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Meslin, rentrée décisive



Presse :

Meslin, rentrée décisive
L'Equipe, le 22/01/2004 à 19h40

Le petit attaquant niçois a contribué à la réaction de son équipe. Et pas seulement en marquant le penalty égalisateur.

MONACO

ROMA : un arrêt déterminant sur une frappe d'Everson (65e), une concentration irréprochable et une soirée plutôt tranquille. Jusqu'au penalty.
IBARRA : pour une fois qu'il débute, il n'a pas su saisir sa chance ni afficher une maîtrise suffisante. Une faute inutile à l'origine de l'égalisation niçoise.

SQUILLACI : face à un adversaire avec aussi peu d'arguments offensifs, du moins pendant une mi-temps, il n'a jamais été mis réellement en difficulté. Dommage alors qu'il ait eu ce réflexe stupide dans le temps additionnel qui fait perdre deux points précieux à Monaco.

J. RODRIGUEZ : malgré quelques imprécisions techniques, il a fait preuve de sa solidité habituelle, notamment dans le jeu aérien.

ÉVRA : en laissant son équipe à dix pendant une demi-heure, il ne lui a sûrement pas rendu service. Son début de rencontre avait pourtant été assez prometteur.

PLASIL : guère percutant sur son côté droit, il a rarement pris le dessus sur Léonard. Remplacé par Givet (59e), qui tint le rôle d'Evra sur la gauche après l'expulsion de ce dernier.

BERNARDI : une passe décisive, mais aussi beaucoup d'initiative et de clairvoyance pour trouver des solutions d'attaque, organiser et varier le jeu de l'équipe et lui offrir l'équilibre nécessaire.

ZIKOS : positionné plus bas que Bernardi, il a su protéger efficacement son axe central et récupérer beaucoup de ballons. Une bonne rentrée.

ROTHEN : on l'a davantage vu sur les coups de pieds arrêtés que dans le jeu, où il a été assez peu influent. Remplacé poste pour poste, par PRSO dans les vingt dernières minutes.

GIULY : que ce soit dans un rôle de deuxième pointe, pendant une heure, ou ensuite comme milieu droit, il est rarement parvenu à créer, cette fois, des décalages ou des situations intéressantes, en dépit de son énorme rayon d'action.

MORIENTES : toujours aussi utile collectivement, en particulier dans la conservation du ballon, il a su encore être là au bon moment pour marquer et servir de point de fixation une fois Monaco en infériorité numérique.


NICE

GREGORINI : en dehors d'une erreur dans le jeu au pied en première mi-temps, il n'y a pas grand-chose à redire sur son match.

VARRAULT : dans un registre purement défensif, il a fait ce qu'il fallait face à Rothen pour ne pas permettre à celui-ci d'«ouvrir » davantage son pied gauche.

ABARDONADO : coupable d'avoir lâché une fois Morientes au marquage, ce qui aurait pu coûter cher à son équipe, il a été à l'image de ses partenaires : costaud.

COBOS : toujours rassurant par son calme et son placement, habile dans la relance et impeccable dans le jeu aérien, il a eu le comportement d'un capitaine et d'un vrai patron de défense.

PAMAROT : pour contrer Giuly, dont le gabarit est l'inverse du sien, il n'a joué uniquement que sur ses arguments physiques.

LÉONARD : pour son premier match comme titulaire avec l'OGCN, il a largement rempli son contrat pendant 70 minutes en contrôlant Plasil. Une belle volée du gauche en première période. Remplacé par G. BA, qui entra comme troisième attaquant.

PITAU : un sauvetage important sur sa ligne en fin de match sur une tête de Prso, un rendement constant dans le pressing, mais guère de personnalité.

ECHOUAFNI : par son volume de jeu et sa qualité technique, il fut assurément le meilleur des trois milieux niçois, le plus actif et le plus dangereux.

EVERSON : son pied gauche et sa capacité d'accélération n'ont pas réussi à faire la différence. Une belle frappe cadrée, tout de même (65e), mais aussi pas mal de nervosité, d'engagement excessif et une expulsion, pour finir, pour une faute idiote sur Ibarra (87e).

SIMONE : totalement inoffensif et hors de forme. Remplacé à la mi-temps par MESLIN, qui apporta aussitôt davantage de présence et de vitesse devant, fit ainsi rapidement expulser Evra et ne trembla pas dans les arrêts de jeu pour égaliser sur penalty.

LASLANDES : en difficulté physiquement au bout d'une heure, il demeure cependant un point d'ancrage important.

Patrick URBINI
L'Equipe







- Retour -







36e journee de Ligue 1
dim. 09/05/2021 à 15h


Nice - Brest : 3-2

Résumé » Vidéo »



  37e journee de Ligue 1
dim. 16/05/2021 à 21h



Pts J V N D Diff
 7.    Rennes 55 36 15 10 11 +11
 8.    Montpellier 50 36 13 11 12 -3
 9.    Nice 49 36 14 7 15 -2
 10.    Metz 46 36 12 10 14 -3
 11.    St-Etienne 45 36 12 9 15 -11



   32e  dim. 11/04 (15h) Nice - Reims : 0 - 0
   33e  dim. 18/04 (20h) Dijon - Nice : 2 - 0
   34e  dim. 25/04 (13h) Nice - Montpellier : 3 - 1
   35e  sam. 01/05 (21h) Lille - Nice : 2 - 0
   36e  dim. 09/05 (15h) Nice - Brest : 3 - 2
   37e  dim. 16/05 (21h) Nice - Strasbourg
   38e  dim. 23/05 (21h) Lyon - Nice