118 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Jacques Abardonado : voisin en renfort



Presse :

Jacques Abardonado : voisin en renfort

Nice-Matin, le 01/08/2002 à 08h26

Solide comme le roc, ce Marseillais de naissance et de formation s'est révélé en titulaire indiscutable l'an passé avec les Bretons de Lorient, vainqueurs de la Coupe de France. Prêté par l'OM, il peut évoluer en milieu de terrain ou glisser en défense centrale.

Depuis son escapade lorientaise, Jacques « Pancho » Abardonado ne craint plus de voyager. « Alors, vous pensez, à Nice, je suis là en voisin ! », glisse le Phocéen, qui ne pensait pas devenir footballeur, préférant de loin les balades en VTT au milieu de la garrigue, gamin... « Pancho », ce surnom ? « C'est le prénom que portait l'un de mes grand-oncle, qui a joué aussi à l'OM », précise-t-il, fier de ses origines espagnoles qui s'écoutent désormais, à la maison, à travers les accords des deux frangins musiciens...

Marseillais de naissance, il a vu le jour dans un quartier des hauteurs devenu célèbre, la Castellane (n'est-ce pas Zizou ?). Rentré à l'OM à l'âge de 13 ans après avoir chaussé ses premiers crampons à Endoume, Abardonado a donc du changer de port pour se révéler dans l'élite.

C'est en compagnie des Merlus, la bande à Yvon Pouliquen, que « Pancho » a gagné ses galons de défenseur solide de Ligue 1. Même s'il n'a pas disputé, blessé, la finale de la Coupe de France contre Bastia, il n'oubliera pas de sitôt son séjour au pays des menhirs... « J'ai reçu un accueil magnifique de la part des Bretons », dit-il, de sa voix douce et posée, qui contraste avec la » grinta » du joueur que l'on connait. « Loin de mes racines, c'est vrai que je craignais un peu le dépaysement. Mais dès le début, je me suis senti à l'aise. L'équipe était soudée et les gens, adorables avec moi. Le seul regret, c'est de ne pas avoir pu éviter la descente en D1. Sinon, je serais toujours à Lorient. J'avais donné ma parole à monsieur le président Jégouzo ».

A fond avec le Gym
Chez Abardonado, le « monsieur » ne vaut pas que pour le président, mais en général, précède tous les gens cités... Le contraste, saisissant, entre le garçon tranquille et prudent dans la vie et le joueur fougueux, sans concession sur le pré, on a du lui servir souvent... « Ce sont sans doute deux facettes de ma personnalité », répond simplement cet homme de confiance d'1,84m et 80 kg, dont Yvon Pouliquen fit, sans l'ombre d'une hésitation, son capitaine de route la saison passée (en milieu défensif ou en défense centrale, ses deux postes de prédilection).

Ayant rejoint le Gym il y a deux jours à peine, le voilà lancé à fond dans l'aventure en Rouge et Noir. De nouveau prêté, après un retour à l'OM, cet été, qui n'a pas tourné comme il l'espérait : « C'est vrai qu'après ma saison lorientaise (28 matches en titulaire en L1), j'espérais convaincre les dirigeants marseillais de me donner ma chance. Mais au fil des semaines, au vu du recrutement, de ce que je lisais dans les journaux, j'ai bien du me rendre à l'évidence. Pour continuer ma progression en L1, il fallait à nouveau faire mes valises ».

Sans amertume, pourtant. Derrière son regard clair, son accent à la fois pudique et ensoleillé, on sent qu'Abardonado songe encore au jour où il s'imposera comme titulaire de « son » OM... Même s'il faut remettre à plus tard. En attendant, communiquant sur le terrain, faisant partager enthousiasme et expérience, Jacques Abardonado regorge d'ambition pour une équipe qui semble lui aller comme un gant.

« Nice peut surprendre »
« J'aime le challenge qui consiste à ne pas être favori. Le groupe est humble, conscient de la tâche qui l'attend. Mais il ne manque pas d'appétit. Et peut surprendre ».

Il évoque son nouvel univers, où il a retrouvé de bonnes connaissances, Grégorini, Diawara, Roy, Cobos... « C'est un collectif très soudé, encore renforcé par la période qu'il vient de vivre. Pour un arrivant, la moindre des choses est de se mettre au diapason ».

Le respect, encore...

C'est aussi celui que pourrait inspirer un OGCN au recrutement tardif mais qui n'a rien d'un choix à l'emporte pièce. Jacques Abardonado sera bientôt rejoint à Nice par Hélène, son épouse, et leurs deux enfants, Raphael, 1 an, et Marie, 1 mois.

François PATURLE.
Jeudi 01 Aout 2002
Tous droits réservés - © Nice-Matin






- Retour -






15e journee de Ligue 1
ven. 11/11/2022 à 21h


Lyon - Nice : 1-1





  Match Amical
jeu. 08/12/2022 à 16h00



Pts J V N D Diff
 7.    Lille 26 15 8 2 5 +4
 8.    Lyon 21 15 6 3 6 +5
 9.    Nice 20 15 5 5 5 -2
 10.    Clermont 19 15 5 4 6 -4
 11.    Reims 17 15 3 8 4 -5



   13e  dim. 30/10 (17h05) Lorient - Nice : 1 - 2
  jeu. 03/11 (21h) Cologne - Nice : 2 - 2
   14e  dim. 06/11 (15h) Nice - Brest : 1 - 0
   15e  ven. 11/11 (21h) Lyon - Nice : 1 - 1
  jeu. 08/12 (16h00) Nice - Standard
  sam. 10/12 (11h) Nice - Gerone
  ven. 16/12 (20h) Nice - Atalanta

Actu Foot  | Ligue 1  | OM  | Actu PSG  | Coloriages 

© 1997 - 2022 Ogcnissa.com © - Crédits - Contact