88 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Le douzième homme est souvent une femme



Presse :

Le douzième homme est souvent une femme

Nice-Matin, le 03/12/2002 à 11h19

Les Aiglons peuvent compter sur des supportrices acharnées Et connaisseuses du ballon rond. Regards sur des femmes en rouge et noir

Juin dernier, dans les travées du vieux Ray plein comme un œuf, le visage peint en rouge et noir, des larmes d'émotion et des femmes entonnent l'inoubliable tube « we are the champions ».

Ne rêvons pas, les Aiglons n'en sont encore pas là, malgré un début de saison exceptionnel et même si, en 1977-1978, l'AS Monaco avait été sacré champion de France immédiatement après être remonté de D2.

En attendant, les Aiglons, au plus haut comme au plus bas, peuvent compter sur un nombre de plus en plus important de supportrices.

« Il y a toujours eu des femmes au stade, mais c'est vraiment depuis la victoire des Bleus en 1998 et en 2000 que cet engouement a vraiment pris », analyse Jacqueline, une jolie jeune femme qui vient au stade avec son père depuis l'âge de 7 ans.

Ces véritables passionnées du ballon rond n'ont pas attendu les résultats actuels du Gym pour fréquenter les tribunes du Ray, mais aussi les autres stades de France, car elles sont régulièrement une dizaine à suivre en déplacement les Aiglons. Certaines de ces femmes acharnées, aussi connaisseuses du foot que les hommes, ont même monté un club de supportrices « BSN ladies 2002 ».

Au dos de leurs sweat-shirts qu'elles portent les soirs de match, un slogan bien sympa « Le douzième homme est une femme »...

Charlotte, 30 ans de passion

Charlotte, tous les habitués du Ray la connaissent, au moins de vue. Pensez, elle vient au Ray depuis 1953 ! Et a suivi son équipe fétiche sur tous les terrains de France et d'Europe. "La victoire 3 à 0 contre Barcelone au Nou Camp en 1973, j'y étais", se souvient fièrement cette grand-mère qui a déjà amené sa petite fille une fois au stade. Il faut dire que le gym, c'est une passion de famille, puisque son mari et son fils l'accompagnent à chaque rencontre. Des équipes, elle en a vu passer sur la pelouse du Ray. Alors celle-ci, qu'en pense-t-elle ? "Elle a une très bonne mentalité, il n'y a pas de clans, pourvu que cela dure"...


Jacqueline, 18 ans, le goût de la gnaque

Fidèle de chez fidèle, Jacqueline est une véritable "fan" de foot et du gym. Cette lycéenne en terminale S "vient au stade depuis l'âge de 7 ans". "Je me souviens avoir suivi des matchs de D2 par un froid glacial avec 300 spectateurs dans le stade" dit cette "footeuse" de charme. "Cette équipe a de la gnaque sur le terrain » analyse en véritable "pro" du foot cette supportrice de charme qui a un faible pour Cobos "un ami de la famille" et Valencony "qu'elle adore depuis la victoire en coupe de France".


Jessica, 18 ans, tombée dans le foot

Le succès inattendu des Aiglons attire des spectateurs qui ne suivaient qu'en pointillé les joueurs de Gernot Rohr.

Jessica avoue sans problèmes être de ceux-là.

"Je dois dire que je venais beaucoup moins l'année dernière, mais je me rattrape cette année", lance cette étudiante dans un éclat de rire.

Et de préciser "qu'elle ne découvre pas le ballon rond" car "son père est entraîneur".

"Mes joueurs préférés ? Cobos et Diawara".

Etudiante à Sophia en infocom, cette jeune fille de 18 ans qui veut devenir journaliste sportive est une ancienne joueuse de foot. "J'ai joué à Saint-Laurent, j'ai toujours aimé le foot, tous mes copains adorent le foot et je suis un peu garçon manqué", avoue cette jeune fille qui confie en pincer pour Cobos et "Poussin" Meslin. "Je suivais un peu l'équipe l'année dernière, mais c'est surtout depuis cette saison que je suis aussi assidue", reconnaît cette passionnée du ballon rond qui, dans les tribunes, en réapprend souvent aux garçons côté règle du hors jeu.


Patricia, la Parisienne en rouge et noir

Elle s'excuserait presque d'être une ancienne Parisienne. Depuis trois ans à Nice, Patricia, cette très jeune grand-mère de 41 ans dont le fils joue à l'OGCN en moins de 13 ans, se passionne pour le foot avec ses copines et fait partie des "BSN Ladies 2002". Elle essaie de se rendre le plus souvent possible en déplacement et ce qu'elle aime par-dessus tout dans l'équipe, c'est "sa simplicité". Son joueur préféré. Avec une moue de regret, elle dit sans hésiter "que c'était Aulanier, un des grands artisans de la montée". Elle n'est pas la seule à avoir regretté "Bibiche".


Audrey, 17 ans, lady de la BSN, et sa mère

A 17 ans, Audrey est la présidente des "BSN ladies 2002" et tous les spectateurs de la tribune sud la connaissent.

C'est elle qui porte avec d'autres la banderole de son club.

Littéralement passionnée, voire lyrique lorsqu'elle parle des Rouge et Noir, elle fait son maximum pour concilier études et déplacements.

Car elle passe le bac cette année. "Ce n'est pas évident, pour Guingamp, nous avons fait 20 heures de car, c'est très long et je ne fais pas tous les déplacements, en revanche je suis toujours au Ray avec mes copines et Gisèle, ma mère, qui fait partie du club".

Audrey, qui aimerait devenir journaliste sportive estime que cette équipe "est une véritable famille avec beaucoup de solidarité".

Toutefois, elle a quand même une petite préférence pour Cédric Varrault.

Mardi 03 Decembre 2002
Tous droits réservés - © Nice-Matin






- Retour -






Match Amical
mer. 10/07/2024 à 10h30


Nice - Lausanne : 2-2

Photos »



  Match Amical
ven. 19/07/2024 à 10h30



Pts J V N D Diff
 10.    Montpellier 0 0 0 0 0 0
 11.    Nantes 0 0 0 0 0 0
 12.    Nice 0 0 0 0 0 0
 13.    PSG 0 0 0 0 0 0
 14.    Reims 0 0 0 0 0 0



  mer. 10/07 (10h30) Nice - Lausanne : 2 - 2
  ven. 19/07 (10h30) Nice - Leganes
   1re dim. 18/08 (20h) Auxerre - Nice
   2e  dim. 25/08 (20h) Nice - Toulouse
   3e  dim. 01/09 (20h) Angers - Nice
   4e  dim. 15/09 (20h) Marseille - Nice
   5e  dim. 22/09 (20h) Nice - St-Etienne


Actu Foot  | OM  | Actu PSG  | Coloriages 

© 1997 - 2025 Ogcnissa.com © - Crédits - Contact