92 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Les maxi-profits de Bordeaux



Presse :

Les maxi-profits de Bordeaux

L'Equipe, le 27/03/2006 à 12h50

Un but de Denilson après onze secondes a permis aux Bordelais de faire un pas de plus vers la Ligue des champions.

BORDEAUX EST PLUS que jamais le dauphin de Lyon mais il est déjà le championdu France incontesté du réalisme. Il est sans égal en France dans l’art de faire le maximum avec le minimum. Hier, onze secondes de jeu et quatre passes ont suffi aux Bordelais pour terrasser Nice et remporter sa victoire la plus importante de la saison.
À six journées de la fin et avec un matchen moins (à Sochaux), Bordeaux compte désormais sept points d’avance sur Lille, le troisième, et neuf sur Auxerre, le quatrième. Il faudrait donc une succession de catastrophes pour empêcher l’équipe possédant la défense la plus hermétique du pays (16 buts encaissés en 32 journées) de disputer, au moins, le tour préliminaire de la Ligue des champions la saison prochaine.
Pour réaliser ce grand pas en avant vers un destin tout tracé, Bordeaux a eu besoin de deux tirs cadrés dont un dès l’engagement de cette rencontre disputée par une température printanière. Coup d’envoi donné par Denilson à Darcheville. Mavuba hérite du ballon et le transmet à Jemmali, qui décoche une longue passe au coeur de la défense niçoise. Profitant d’une grossière erreur de Sammy Traoré, Denilson redevient alors un artiste brésilien pour inscrire le deuxième but le
plus rapide de l’histoire de la première division. Et puis rideau ou presque… Pendant tout le reste de la rencontre,
Hugo Lloris, pour sa deuxième titularisation en L 1, faillit s’endormir sur ses deux oreilles. Une frappe de Denilson
au-dessus (25e), un coup franc détourné du bout du gant (40e), un plat du pied gauche de Mavuba trop enlevé (63e), un raid de Perea ponctué par un tir trop croisé (90e + 1), voilà le bilan des actions bordelaises durant cette rencontre paradoxale, qui a confirmé la lassitude physique de Bordeaux mais l’a projeté sur une voie royale.
Comme simultanément, sous les yeux de Bruno Martini, l’adjoint de Domenech en charge des gardiens, Ulrich Ramé a été le joueur le mieux noté de la rencontre pour avoir accompli deux arrêts décisifs (13e et 51e), on aura une idée plus précise de la tournure de cette rencontre. « Quand on a un match pareil, on doit savoir ramener des points même si c’est le deuxième
du classement », déplora Frédéric Antonetti, l’entraîneur niçois.

Ramé : « Le jeu était secondaire »
« Les Bordelais ne nous ont pas trop impressionnés mais ils ont pris les trois points, ajouta Florent Balmont, c’est
sans doute ça le réalisme des grandes équipes qui arrivent au bout. » Au moment d’analyser le comportement de son équipe, trop repliée en première période, un peu moins restrictive dans ses intentionsde jeu en seconde, Ricardo finit par hausser le ton. « C’est vrai, on n’a pas vu un bon spectacle, admit, agacé mais lucide, l’entraîneur bordelais.
Mais nous payons l’accumulation des efforts consentis depuis quatre mois sur un terrain difficile. Denilson est sorti avec des crampes et Chamakh a demandé à être remplacé tellement il était fatigué. Il y a des situations où il faut être intelligent et savoir gérer. » Jeudi matin, au lendemain de l’élimination face à Montpellier, en 8es de finale de la Coupe de France (0-1), Ulrich Ramé avait rappelé à l’ordre tout son groupe. « En ce moment, on ne fait qu’enfiler le maillot, avait martelé le capitaine bordelais. Il faut retrouver une certaine humilité et vite se remobiliser. » Hier soir, Ramé fut
donc le premier à se réjouir de la bonne réception de son message. Il s’empressa de rappeler que « le jeu était secondaire
» compte tenu de l’importance des enjeux et du contexte. Les Bordelais connaissaient les résultats de leurs rivaux directs depuis la veille. Et ils avaient pu mesurer tout le parti à en tirer. « L’essentiel, confirma le portier girondin, c ’était de franchir ce palier qui nous permette de décrocher nos adversaires. » Au bout de son troisièmematch en huit jours – une explication de la lassitude physique ressentie –, Bordeaux a fait mieux encore. Il a repris deux points aux Lyonnais et se retrouve à neuf longueurs des champions de France, à l’affût de la plus petite erreur de trajectoire. Mais cette marge de manoeuvre est surtout un confortable matelas de sérénité au moment de se présenter à une série de rendez-vous épineux (Paris, Saint-Étienne, Lille, Le Mans, Nantes et Bordeaux). « On aborde cette fin de saison sans penser aux autres, souligna Ricardo, car ce n’est pas ce genre de stratégie qui va nous conduire en Ligue des champions. » Bordeaux a assez de sang-froid pour se débrouiller tout seul…

Eric CHAMPEL
L'Equipe







- Retour -






28e journee de Ligue 1
dim. 07/04/2024 à 15h


Reims - Nice : 0-0

Photos » Vidéo »



  30e journee de Ligue 1
ven. 19/04/2024 à 21h



Pts J V N D Diff
 3.    Monaco 52 28 15 7 6 +15
 4.    Lille 49 28 13 10 5 +17
 5.    Nice 44 28 12 8 8 +6
 6.    Lens 43 29 12 7 10 +6
 7.    Lyon 41 29 12 5 12 -7



  mer. 13/03 (21h10) PSG - Nice : 3 - 1
   26e  sam. 16/03 (21h) Lens - Nice : 1 - 3
   27e  dim. 31/03 (15h) Nice - Nantes : 1 - 2
   28e  dim. 07/04 (15h) Reims - Nice : 0 - 0
   30e  ven. 19/04 (21h) Nice - Lorient
   29e  mer. 24/04 (21h) Marseille - Nice
   31e  dim. 28/04 (15h) Strasbourg - Nice


Actu Foot  | OM  | Actu PSG  | Coloriages 

© 1997 - 2024 Ogcnissa.com © - Crédits - Contact