81 connectés
Accueil > Multimedia > Interviews > VARRAULT : « A Nice, personne ne se la raconte »



Interviews :

VARRAULT : « A Nice, personne ne se la raconte »

Football365, le 17/12/2002 à 23h23

Bonne ambiance, bons moments et bons joueurs. Voilà en résumé la recette miracle qui fait de Nice, à la fin des matchs aller, le dauphin de Marseille. Même la gifle bordelaise (4-0) n’a rien changé à l’affaire. Cédric Varrault, passé sur l’aile défensive en L1, fait le bilan.

- Cédric Varrault, peut-on dire que la trêve, qui interviendra au soir de votre dernier déplacement de l’année à Strasbourg, arrive au bon moment pour Nice ?

Oui, je pense. Comme nous avons un effectif assez limité, tout le monde a plus ou moins envie de souffler. Nous commençons tous à être fatigués.

- Est-ce une grosse déception de laisser échapper le titre de champion d’automne sur cette défaite ?

(il hésite) Non. Bon, le titre de champion d’automne, si jamais nous l’avions eu, nous aurions été contents, mais je ne pense pas que cela soit ça. Nous avons plutôt perdu trois points dans la course au maintien. Nous, plus vite nous prendrons les points, plus vite nous aurons assuré le maintien.

- Vous continuez donc à parler de maintien, malgré tout ce que vous avez montré durant les matchs aller ?

(décidé) Oui, car, pour l’instant, on se rend compte que nos quatre derniers matchs ont donné trois défaites et une victoire. Il faut vite que nous arrivions au nombre de points que nous nous sommes fixés et, après, nous verrons si nous pouvons viser autre chose. En tout cas, il faut vite les avoir car les matchs sont de plus en plus difficiles.

- Quel bilan tirez-vous de ces matchs aller ?

C’est sûr que personne ne nous aurait mis là en début de saison. Même nous, nous n’aurions jamais pensé arriver là. Malgré notre premier match (NDLR : défaite contre Le Havre 1-2) , nous avons fait un bon début de saison. Après cette défaite, nous avons bien enchaîné et montré de quoi nous étions capables. Comme des équipes nous ont pris plus à la légère que d’autres, nous avons réussi à montrer que nous méritions d’être là et que nous avions envie de faire quelque chose.

« Nous prenons tout à la rigolade »

- A quoi Nice doit-il essentiellement ses résultats, plutôt inespérés pour un promu ?

A l’envie. Nous avons de bons joueurs, mais pas de grosses individualités. Tout le monde va dans le même sens et est prêt à se sacrifier pour l’autre. C’est ce qui fait notre force. Nous sommes tous unis et savons que nous ne lâcherons rien. Quoi qu’il arrive.

- On parle beaucoup du soutien apporté en match par le reste de l’équipe dès que l’un de vous se retrouve en difficulté ?

Oui, ça se voit sur le terrain. Dès qu’un joueur est passé, il y en a toujours un autre qui est là pour s’arracher et l’aider. C’est ça, Nice. Nous n’avons pas vraiment de stars, de joueurs qui se la racontent ou quoi. Tout le monde sait ce qu’il fait et agit de la même façon.

- La recette niçoise provient probablement également de l’ambiance exceptionnelle qui règne dans le groupe ?

C’est sûr que nous devons être la seule équipe du championnat qui possède une telle ambiance. Nous prenons tout à la légère, à la rigolade et nous ne nous prenons pas la tête. Nous formons un peu une famille, nous sommes tous là, ça rigole… Pendant les matchs, nous prenons les choses au sérieux, mais, dans l’ambiance autour, nous prenons du plaisir. C’est surtout ça.

« La première fois que je joue arrière gauche »

- Après la claque de Bordeaux, vous avez donc réussi à décompresser assez rapidement dans les vestiaires, après le match ?

(il coupe) Oui, voilà. C’est ce qu’il faut que nous fassions. De toute façon, si nous commençons à douter… Nous étions déçus d’avoir perdu, mais nous n’aurions jamais pensé terminer deuxièmes à la fin des matchs aller. Nous nous sommes donc dits que nous allions essayer de nous rattraper la prochaine fois et l’ambiance est restée la même.

- Sur le plan personnel, comment avez-vous vécu votre première partie de saison en Ligue 1 ?

Au début, j’ai toujours eu un peu tendance à me demander si j’avais le niveau, si j’étais capable de jouer… Après, au fil des matchs, on essaie de prendre conscience et vu que nous avons eu les résultats avec nous… C’est un milieu que je découvre, que je regardais à la TV avant, et ça m’a fait plaisir.

- Etes-vous satisfait de vos prestations à ce poste de latéral gauche ?

Oui, ça va. En plus, c’est la première fois que je joue arrière gauche. Je suis assez satisfait de mes prestations. En L1, ça va beaucoup plus vite, c’est plus technique. Il y a des internationaux et, quand on voit à l’œuvre des Brésiliens ou des Portugais, ça fait quelque chose. C’est vraiment le haut niveau.

- Comment expliquez-vous le succès actuel des équipes du Midi ?

C’est peut-être dû à la chaleur (il se marre). Non, c’est plus grâce au public, à l’ambiance autour des matchs. Le public du Sud est très chauvin ; où ça marche ou ça ne marche pas. Tant que ça va, il est prêt à vous pousser jusqu’au bout. En ce qui nous concerne, le public a joué un grand rôle.

Aurélien CANOT
Mardi 17 décembre 2002
© Football365




Réagir sur le Forum du Gym  


- Retour -






Match Amical
mer. 10/07/2024 à 10h30


Nice - Lausanne : 2-2

Photos »



  Match Amical
ven. 19/07/2024 à 10h30



Pts J V N D Diff
 10.    Montpellier 0 0 0 0 0 0
 11.    Nantes 0 0 0 0 0 0
 12.    Nice 0 0 0 0 0 0
 13.    PSG 0 0 0 0 0 0
 14.    Reims 0 0 0 0 0 0



  mer. 10/07 (10h30) Nice - Lausanne : 2 - 2
  ven. 19/07 (10h30) Nice - Leganes
   1re dim. 18/08 (20h) Auxerre - Nice
   2e  dim. 25/08 (20h) Nice - Toulouse
   3e  dim. 01/09 (20h) Angers - Nice
   4e  dim. 15/09 (20h) Marseille - Nice
   5e  dim. 22/09 (20h) Nice - St-Etienne


Actu Foot  | OM  | Actu PSG  | Coloriages 

© 1997 - 2025 Ogcnissa.com © - Crédits - Contact