149 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Nice à toute vapeur



Presse :

Nice à toute vapeur
Sport24, le 23/12/2007 à 00h30

Rapidement en supériorité numérique, Nice s’est imposé face à de solides et courageux Valenciennois (1-0). Un succès qui permet au Gym de rejoindre VA au classement.

Compte Rendu du match
Une équipe invaincue à domicile (7 victoires, 2 nuls) face à une formation avançant au rythme d'un champion ces derniers temps (3 victoires à domicile, 2 nuls à l'extérieur), le duel d'outsider entre Nice et Valenciennes s'annonçait particulièrement indécis et alléchant. Qui allait terminer l'année en beauté ? En cas de bon résultat, VA pouvait même s'inviter sur le podium !

VA rapidement à 10
Une rencontre qui démarrait non pas dans un froid glacial, mais sous des trombes d’eau. Une donnée météorologique qui allait avoir son importance. Car les 25 premières minutes étaient marquées par les sorties prématurées de Bakari Koné et Johan Audel, tous deux touchés à la cuisse, et surtout l’expulsion de Bezzaz, emporté dans son élan et auteur d’un tacle les deux pieds décollés sur Jeunechamp (17e). Avant ce fait de match ? Hormis deux coups francs vicieux de Hellebuyck (5e et 7e) et un cafouillage dans la surface locale sur un centre d’Audel (12e), on ne peut pas dire que les deux équipes parvenaient à se dépatouiller d’une pelouse gorgée d’eau. Et l’expulsion à vrai dire ne changeait pas grand chose à la physionomie du match. En supériorité numérique, Nice confondait vitesse et précipitation. Surtout, les Aiglons s’obstinaient dans un axe bouchonné. Résultat, la meilleure occasion était à mettre à l’actif des Nordistes avec un incroyable loupé de Savidan au point de penalty, suite à une mauvaise relance de Kanté (24e). VA faisait mieux que de résister avec comme seule frappe cadrée celle de Hellebuyck, bien stoppée par un Penneteau vigilant (30e). On se dirigeait tout droit vers un score nul et vierge logique à la pause… jusqu’à cette improbable mésentente entre Sebo et Ouaddou. Hellebuyck, lui, ne se posait pas de questions et fusillait le gardien nordiste (1-0, 44e).

Ederson loupe l’immanquable
Au retour des vestiaires, Ederson était à deux doigts de tuer tout suspense. Sur un centre d’Hellebuyck, Penneteau était trop court. Une aubaine pour le Brésilien seul au deuxième poteau ? Absolument pas car ce dernier trouvait le moyen de frapper au-dessus (50e). Quelques instants plus tard, Ederson, encore lui, obligeait le portier nordiste à s’employer à la manière d’un gardien de hand (55e). Mais ne vous y méprenez pas, VA n’était pas à la rue, loin de là. Mieux encore, profitant de l’attentisme local, les Nordistes prenaient la direction des opérations. Ce qui provoquait le courroux d’Antonetti sur son banc. Lloris devait être vigilant sur une reprise acrobatique de Pujol (61e) puis sur une frappe enroulée de Savidan (67e). Valenciennes coulissait à merveille mais s’exposait aux contres des Aiglons. Penneteau devait alors sortir le grand jeu devant Bamogo (62e), sortir de manière autoritaire au-devant d’Echouafni (66e) mais surtout avoir la main ferme sur un missile de Bamogo, parfaitement décalé par Hellebuyck (75e). Sur une pelouse se dégradant au fil des minutes, Nice ne parvenait toujours pas à se mettre à l’abri. Il y avait du KO dans l’air et les jambes valenciennoises devenaient surtout de plus en plus lourdes. Malgré les dernières tentatives de Laslandes (81e), Abardonado, entré sous l’ovation du public (92e), et Bamogo (93e), le score n’évoluait pas. Nice passera les fêtes bien au chaud.

Le jeu et les joueurs
On ne change pas une équipe qui bouscule le sextuple champion de France. Frédéric Antonetti avait décidé de reconduire le même onze de départ qu’à Lyon (0-0) malgré l’incertitude planant quant à la participation de Koné. La cuisse de ce dernier n’aura tenu que 26 minutes. Son remplaçant, en l’occurrence Bamogo, tranchant et percutant, s’est procuré quelques belles opportunités. Mais la plus belle restera sans aucun doute celle d’Ederson, seul face au but vide en début de deuxième période. A l’aise balle au pied, le Brésilien, technique et doté d’une belle vision de jeu, l’est beaucoup moins lorsqu’il s’agit de conclure. Lloris s’est montré rassurant sur les rares ballons qu’il a eu à capter. Enfin Hellebuyck, unique buteur du match, était dans tous les bons coups. Un véritable piston entre la défense et l’attaque très précieux.

Côté valenciennois, on pourra longtemps regretter cette expulsion de Bezzaz dès la 17e minute de jeu. Car même en infériorité numérique, VA a fait mieux que se défendre face à des Niçois se contentant de gérer leur avantage en deuxième période. A l’image d’un Belmadi combatif et généreux dans l’effort au milieu de terrain. Mater s’est montré très actif dans son couloir gauche tandis que Savidan s’est beaucoup démené sur le front de l’attaque. En vain. Mais sans un Penneteau excellent et pompier de service à ses heures perdues, l’addition aurait pu être plutôt corsée.

Vincent Duchesne
Sport24







- Retour -







36e journee de Ligue 1
dim. 09/05/2021 à 15h


Nice - Brest : 3-2

Résumé » Vidéo »



  37e journee de Ligue 1
dim. 16/05/2021 à 21h



Pts J V N D Diff
 7.    Rennes 55 36 15 10 11 +11
 8.    Montpellier 50 36 13 11 12 -3
 9.    Nice 49 36 14 7 15 -2
 10.    Metz 46 36 12 10 14 -3
 11.    St-Etienne 45 36 12 9 15 -11



   32e  dim. 11/04 (15h) Nice - Reims : 0 - 0
   33e  dim. 18/04 (20h) Dijon - Nice : 2 - 0
   34e  dim. 25/04 (13h) Nice - Montpellier : 3 - 1
   35e  sam. 01/05 (21h) Lille - Nice : 2 - 0
   36e  dim. 09/05 (15h) Nice - Brest : 3 - 2
   37e  dim. 16/05 (21h) Nice - Strasbourg
   38e  dim. 23/05 (21h) Lyon - Nice