Vous êtes ici : Accueil > Historique > Histoire

Olympique Gymnaste Club de NICE Côte d'Azur
fondé en 1904 (professionnel en 1932)

Fondé en 1904, l'Olympique Gymnaste Club de Nice doit attendre les années 1950 pour connaître la consécration (même s' il a remporté le championnat de France zone sud en 1940). Il est alors le club phare du football français : entre 1951 et 1959, les Aiglons remportent quatre titres de champions et deux coupes de France, réalisant même le doublé en 1952.

Nice se singularise ensuite dans les années 1970, quand à plusieurs reprises, il obtient le titre symbolique de champion d'automne. Une place de leader qu'il ne parvient cependant jamais à conserver lors de la seconde partie du championnat.

Bientôt supplanté par son voisin monégasque, le club ne parvient plus à se sublimer bien qu'ayant sorti de son centre de formation des joueurs de grande envergure comme "le petit prince" : Daniel Bravo.

Quatorzième en 1991, l'OGCN est rétrogradé en D2 par l'impitoyable DNCG. Une page est tournée.

Trois saisons à l'étage inférieur et les "Rouge et Noir" retrouvent l'élite en 1994 grâce a Albert Emon et surtout à son nouveau président André Bois.

Les deux premières saisons du gym à partir de cette date sont assez honorables, profitant du talent de ses jeunes joueurs, mais le départ de plusieurs d'entre eux en 96 et 97 abaisse le niveau de cette équipe qui termine 20e lors de la saison 96-97. Entre temps, le club change plusieurs fois d'entraîneur, et c'est avec Sylvester Takac que Nice remporte en 97 la 3e coupe de France de son histoire. Lors de cette saison, le gym a aussi changé de président, André Bois ayant cédé sa place à Milan Mandaric, un industriel serbo-américain, qui souhaite faire de Nice un grand club en 3 ans.

La saison 97-98 est marquée par un bon parcours de Nice en Coupe des Coupes (8e de finale) mais un très décevant parcours de D2 puisque Nice, avec l'alternance de Sylvester Takac et de Michel Renquin au poste d'entraîneur, ne joue plus la montée mais doit au contraire éviter la descente.

La saison 98-99 débute encore plus mal que la précédente, avec un effectif renouvellé à 80% et malgré l'arrivée de Victor Zvunka, les Aiglons ne décollent pas du bas du classement de D2. Le 10 décembre 98, l'O.G.C.Nice est racheté par le président de l'A.S.Roma, Francesco Sensi, qui arrive avec un nouvel entraîneur (Guy David) et de grands objectifs : faire de Nice une grande équipe en 5 ans. En tout cas, grâce aux Italiens, le Gym a réussi à conserver sa place en D2.

Pour la saison 99-2000, malgré un recrutement qui laissait beaucoup d'espoir (Bravo, Cobos, Grassi, etc... ), le gym avait les moyens de remonter à sa vrai place, mais des problèmes internes, changements d'entraîneur, de président... et la mauvaise ambiance avec création de clans... ont fait que Nice a encore déçu cette saison...

Lors de la saison 00-2001, Guy David est remplacé par un entraîneur italien, Sandro Salvioni, venu de la réserve de Parme... les ambitions sont revus à la baisse... l'objectif est le milieu de tableau... et avec un nouvel effectif remanié de nouveau à 80 % avec l'arrivée en majorité de jeunes italiens, le Gym se débat dans les bas fond du classement... triste bilan pour un milliardaire italien...

Saison 2001-2002, le Gym semble enfin voir le bout du tunnel ! L'équipe n'a pas été bouleversé comme chaque saison et semble enfin se faire au système de Salvioni. Les renforts intelligents de Meslin, Tamazout... et l'explosion de jeunes (Ayeli, Pamarot...) donnent un souffle nouveau à ce Gym où le père Sensi ne veux plus donner d'argent, énervé pas le comportement de la Mairie et de certain "supporters" à son égard. Toujours dans la première moitié du classement, le Gym peut jouer la course à la montée ! 5e à la trêve, tous les espoirs sont permis vu qu'il y a 4 places pour retrouver l'élite.
A quatres matches de la fin du championnat, le 03 avril 2002, Robert Cassone devient officiellement le Président de l'OGC Nice. En effet, Francesco Sensi a vendu le club au groupe de Jean-Christophe Cano, Challenge Associé, et ce dernier devient le directeur général du club. Nice est 3e au classement... et le restera jusqu'à la fin du championnat ! Nice remonte en D1 !!! S'en suit un été cauchemardesque pour les supporters du Gym, en effet Challenge Associé n'est pas solvable, et le Gym et ses supporters doivent batailler dur pour sauver leur club, d'appel en appel, et avec un nouveau groupe de dirigeants, avec Cohen à leur tête. Nice est finalement promu en Ligue 1 le 19 juillet 2002.

Avec une préparation et un recrutement express, avec son nouvel entraîneur Gernot Rohr, Nice est la surprise du Championnat 2002/2003. En première partie de saison, le Gym pointe 12 fois en tête de la L1, seulement devancé d'un point pour le titre de Champion d'Automne ! Mais comme à son habitude, Nice marque le pas ensuite mais se qualifie tout de même pour la Coupe Intertoto.

La saison 2003/2004 commence donc par cette coupe européenne. Après avoir passé le 2e tour face à Örgryte (Suède), l'OGC Nice est éliminé par le Werder de Brême (0-0 et 0-1). Lors de cette saison, Nice assure facilement son maintien et fini à la 11e place. La saison suivante est plus compliqué. Le Gym ne se sauve qu'à la 37e journée et change de coach à 4 matches de la fin du championnat : Gernot Rohr céde sa place à Gérard Buscher. Au final l'OGCN termine tout de même à la 12e place d'un championnat serré.

Frédéric Antonetti est ensuite promu entraîneur pour la saison 2005/2006. Sa première saison à la tête de l'équipe est bonne, le Gym terminant dans la première moitié du tableau (8e) tout en réalisant un superbe parcours en Coupe de la Ligue qui se termine au Stade de France pour une finale perdue face à Nancy (2-1). La saison suivante démarre de façon catastrophique. 19e à la trêve, les Aiglons parviennent néanmoins à se sauver grâce, entre autres, aux arrivées de deux anciens lors du mercato hivernal, Lilian Laslandes et Lionel Letizi. Les deux saisons suivantes permettent à nouveau à l'OGC Nice de se placer dans la première moitié du tableau, alors que le Gym arrive en demi-finale de la coupe de la Ligue 2008/2009, et une élimination surprise à domicile, face à Vannes (L2).

A l'issue de cette saison, Frédéric Antonetti quitte le Gym pour Rennes, et le président Cohen choisit Didier Ollé-Nicolle pour lui succéder. A 10 journées de la fin de la saison 2009/2010, alors que le Gym est 17e , Eric Roy, assisté de René Marsiglia et Fred Gioria, reprend l'équipe. Les Aiglons assurent leur maintien parmi l'élite avec ce trio. Les deux saisons suivantes sont difficiles pour le club qui n'assure son maintien qu'à l'ultime journée.

Claude Puel devient entraîneur à l'été 2012. Après une magnifique saison, Nice termine à une 4e place synonyme d'Europa League et de meilleur classement en Ligue 1 depuis 37 ans. Malheureusement, la campagne européenne tourne court avec une élimination en tour préliminaire face à l'Appolon Limassol. Pire, le Gym fini 17e du classement en 2013/2014.

La saison 2014/2015 est une saison de transition. Nice fini 11e, son meilleur buteur est le brésilien Carlos Eduardo, qui marquera un quintuplet contre Guingamp cette saison là (2-7). Le brésilien laisse la place ensuite à Hatem Ben Arfa lors de la saison 2015/2016. L'international Français permet au Gym de finir 3e du classement. Il marquera 17 fois en Ligue 1, en compagnie d'un autre buteur prêté par Monaco, Valère Germain (14 buts).

La saison 2016/2017 est encore meilleure ensuite. Avec les arrivées de Mario Balotelli, Dante Bonfim et Younès Belhanda, Nice joue le titre toute la saison, et est certain d'être qualifié pour la Ligue des Champions en finissant dans les 3 premiers du classement. Il s'agit de la meilleure saison de l'OGC Nice depuis 41 ans ! L'histoire continue...